Découvrir le trading de crypto-monnaies

Un économiste réputé incendie le Bitcoin

786 0
Partager cet article...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Au cas où vous vous poseriez la question, la position de Nouriel Roubini sur le Bitcoin et les autres crypto-monnaies n’a pas changé. Il pense toujours que celles-ci sont une arnaque, et croit que le Bitcoin est une « conne*** ». Lors d’une discussion de groupe à l’Institut Milken de Los Angeles, l’économiste qui enseigne à l’Université de New York a qualifié les adeptes tardifs du Bitcoin de «sal**s» qui finiraient par être la proie des premiers entrants.

Le panel était composé du PDG et fondateur d’Abra, Bill Barhydt, d’Alex Mashinsky, PDG de Celcius Network, un groupe de prêt de cryptage, et de Brent McIntosh, avocat général du Trésor américain. Il a été modéré par Anna Irrera, une journaliste de Reuters qui a dû intervenir à plusieurs reprises au fur et à mesure du débat.

Sans perdre de temps, Roubini a commencé à déchirer le Bitcoin dans sa déclaration d’ouverture. L’année dernière, tout le monde s’est précipité sur le Bitcoin pour profiter de son ascension rapide à 20 000 $, et une fois que les gens se sont rendu compte qu’il était «la mère de toutes les bulles, la plus grande bulle de l’histoire humaine», Roubini a commencé. Ceux qui sont arrivés en retard à la fête étaient les « sal**s » qui ont acheté aux premiers investisseurs qui en ont fait des millions, comme c’est typique de n’importe quelle bulle.

Le Bitcoin n’est pas une monnaie, a-t-il poursuivi, car il ne remplit pas les trois rôles principaux d’une monnaie: une unité de compte, un moyen de paiement et une réserve de valeur stable. Citant le fondateur de l’Ethereum, Vitalik Buterin, il a déclaré que les cryptos étaient confrontés à un dilemme entre fournir l’évolutivité, la sécurité et la décentralisation.

« Et la réalité est, que tout ce discours sur la décentralisation est juste une conne***. C’est parce que toutes les solutions qui ont été trouvées jusqu’ici au problème de l’évolutivité, passant de cinq transactions par seconde, signifient que le Bitcoin ne sera jamais utilisé comme moyen de paiement, impliquant un risque de concentration et une centralisation massives. Donc pas de sécurité. »

Il a continué à descendre la centralisation croissante des activités minières dans les écosystèmes du Bitcoin et  de l’Ethereum, affirmant que les trois premiers mineurs de Bitcoin contrôlent plus de 55% de l’activité minière, l’Ethereum s’en tirant encore plus mal puisque 61% de l’activité minière est contrôlée par les trois premiers mineurs.

« L’ensemble de l’industrie devient une concentration massive et celle-ci augmente. Le pouvoir oligopolistique des mineurs devient de plus en plus important pour des raisons techniques et technologiques. Il n’y a pas de décentralisation. C’est juste des conne***s. »

Les membres du panel «pro-crypto» ont rapidement contré les assertions de Roubini, Mashinsky expliquant comment la décentralisation change le monde, donnant l’exemple de sa propre expérience en tant que pionnier du développement de la Voix sur IP (VoIP) dans les années 90. La révolution des crypto et de la blockchain est la phase suivante, avec la technologie Money Over IP (MoIP) qui réduit le coût de transfert de la valeur à zéro. Le PDG d’Abra, Bill Barhydt, a également déclaré que, ayant travaillé à divers titres, notamment en tant que cryptographe pour la CIA, il considérait les crypto-monnaies comme une solution à des problèmes qui ne pouvaient être résolus autrement. Il s’agit notamment de l’investissement décentralisé mondial, des transferts de fonds mondiaux – qui, grâce à des contrats intelligents et à la technologie de deuxième niveau, peuvent désormais évoluer vers les chiffres de Visa – le financement des actifs de consommation, et plus encore.

Barhydt avait une analogie intéressante dans laquelle il comparait la technologie décentralisée et les cryptos au protocole TCP / IP.

« Lorsque vous utilisez Netflix, vous établissez une connexion TCP / IP avec un serveur. Je suis prêt à parier qu’aucun de vous n’a d’idée de ce que cela signifie. Et c’est bien. Si vous deviez savoir ce que cela signifie d’utiliser Netflix, vous n’utiliserez pas Netflix. Le Bitcoin fonctionnera de la même manière. Vous allez utiliser la technologie de la blockchain et les crypto-monnaies pour effectuer des paiements, déplacer de l’argent et utiliser des crédits, et vous ne le saurez même pas. »

Alors que le groupe partageait ses réflexions sur l’avenir de l’argent, les vulnérabilités auxquelles les cryptos sont confrontés, le rôle du gouvernement dans l’écosystème crypto et la centralisation du processus minier, le débat a chauffé lorsque M. Roubini a accusé Barhüt et Mashinsky , attaque à laquelle Mashinsky a eu une réponse rapide.

« Vous ne possédez même pas de crypto-monnaies. Comment pouvez-vous en parler? Pourquoi n’achetez-vous pas une pièce et alors vous pourrez nous dire comment cela fonctionne. »

Alors que beaucoup seront prompts à rejeter Roubini comme parti pris contre le Bitcoin et les blockchains – il a une histoire er après tout – certaines des questions qu’il a soulevées sont pertinentes pour la future prospérité de l’industrie des crypto. Le plus tôt elles seront abordés, le mieux ce sera pour cette industrie.

Traduit librement depuis themerkle.com

Partager cet article...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Laisser un commentaire