Découvrir le trading de crypto-monnaies

Morgan Stanley : les cryptos pourraient avantager les banques

876 0
Partager cet article...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Alors que les banques centrales explorent la technologie sous-jacente à ce qui menace de les ébranler, les experts de Morgan Stanley ont suggéré que les devises numériques pourraient permettre des taux d’intérêt négatifs plus élevés pendant la crise financière imminente.

Selon les nouvelles conclusions de Morgan Stanley, les banques centrales pourraient utiliser les crypto-monnaies pour atténuer les impacts négatifs de la prochaine crise financière en réduisant les taux d’intérêt.

Comme rapporté par Business Insider, une équipe de stratèges de la banque d’investissement multinationale et de la société de services financiers a découvert de multiples domaines dans lesquels les banques centrales pourraient utiliser les crypto-monnaies à leur avantage. L’application la plus remarquable pour les monnaies numériques controversées et volatiles, cependant, est dans le domaine de la politique monétaire. Le rapport de Morgan Stanley prétend que les banques centrales pourraient voir dégringoler les taux d’intérêt en des points négatifs plus profonds que jamais auparavant, si une autre crise financière majeure devait avoir lieu.

Comme l’a noté Business Insider, la dernière crise financière a vu les banques centrales du monde entier réduire radicalement leurs taux d’intérêt afin d’atténuer l’impact extrême de l’effondrement économique sur les consommateurs et les prêteurs. Les banques de Suède, du Danemark, du Japon et de l’UE ont même pris ces taux d’intérêt dans la négative – certains d’entre eux le restant à ce jour. (Bien que non inférieur à -0,5 pour cent.)

L’équipe de Morgan Stanley explique:

« Théoriquement, un système monétaire 100% numérique peut permettre des taux négatifs plus profonds. Cela fait appel à certaines banques centrales. La mise en circulation de billets et de pièces de monnaie (espèces) limite la capacité des banques centrales à imposer des taux de dépôt négatifs. Une version numérique de l’argent pourrait théoriquement permettre de facturer des frais d’apport négatif sur tout l’argent en circulation et ce dans n’importe quelle économie. »

Cependant, il est important de noter (et pas surprenant) que les chercheurs ont également précisé que leur rapport «n’est pas destiné à suggérer que nous pensons qu’une monnaie fiduciaire numérique pourrait être mise en œuvre ou toutes les raisons pour lesquelles elle le serait. »

En outre, il existe de sérieux problèmes potentiels inhérents à un tel système exclusivement numérique, note Morgan Stanley:

« Les taux négatifs profonds et de longue date sont finalement problématiques pour les banques. Les banques centrales devraient alors s’adresser directement aux utilisateurs de la monnaie pour mettre en œuvre la politique monétaire, réduire considérablement l’endettement du système et réduire la croissance du PIB. »

Traduit librement depuis bitcoinist.com

Partager cet article...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Laisser un commentaire